Vous êtes ici : Accueil » Electricité » Norme C15-100 DDR – Comprendre la règle de l’amont ou de l’aval 

Norme C15-100 DDR – Comprendre la règle de l’amont ou de l’aval 

Parmi les nombreuses directives en matière de protection des installations électriques domestiques, la règle de l’amont ou de l’aval concernant les dispositifs de protection différentielle 30 milliampères, mérite quelques explications !

Norme C15-100 DDR 30 mA: Comprendre la règle de l’amont ou de l’aval

▶ La norme C15-100

Le texte exact concerné dans les directives de la norme C15-100, est celui-ci :

Règle Amont/Aval
Règle Amont/Aval

Voyons d’abord la traduction des abréviations que contient ce texte :

In : Intensité  Nominale des dispositifs de protection

Abréviation: Intensité nominale
Abréviation: Intensité nominale

Indication en Ampères sur la face de l’appareil, cela correspond à la quantité de courant qu’il est capable de couper sans être détérioré.

Ampérage maximum
Ampérage maximum

DDR : Dispositif  Différentiel à courant  Résiduel,

Abréviation: Dispositif Différentiel à courant Résiduel
Abréviation: Dispositif Différentiel à courant Résiduel

Soit tous les dispositifs différentiels  30 milliampères.

Interrupteur Différentiel
Interrupteur Différentiel

AGCP Appareil  Général  de  Commande  et de  Protection

Abréviation: Appareil  Général  de  Commande  et de  Protection
Abréviation: Appareil Général de Commande et de Protection

 Cela concerne donc le disjoncteur différentiel de branchement qui protège l’ensemble de l’installation.

Disjoncteur différentiel de branchement
Disjoncteur différentiel de branchement

IRVE : Infrastructure  de  Recharge  des  Véhicules  Electriques. 

Cela concerne donc tous les dispositifs utilisés pour recharger les véhicules électriques : Stations, Bornes, Prises etc.

Borne de recharge V.E
Borne de recharge V.E

Voilà pour ces abréviations, qui, une fois traduites, permettent de mieux comprendre !

Il est donc indiqué ici, que quelle que soit l’intensité nominale de l’interrupteur différentiel, il ne doit pas protéger plus de 8 circuits.

Soit 8 disjoncteurs divisionnaires.

Nombre maximal disjoncteurs divisionnaires
Nombre maximal disjoncteurs divisionnaires

▶ Le choix de l’amont

Ce qu’il faut connaître avant tout, c’est quelle sera l’intensité demandée au fournisseur d’électricité. Que ce soit une nouvelle installation ou bien une rénovation, car cette valeur est fondamentale.

Par exemple pour un contrat de 6 kW, ENEDIS installera un disjoncteur différentiel de branchement taré à 30 ampères.

  • Pour un contrat de 9 kW, ce sera 45 ampères
  • Pour un contrat de 12 kW, ce sera 60 ampères.

La norme dans le choix de l’amont indique ceci :

L’intensité nominale du dispositif différentiel doit être égale ou supérieure, à l’intensité nominale du disjoncteur différentiel de branchement.

Donc un interrupteur différentiel de 40A /30mA pour une intensité nominale de 30 ampères, affichée sur le disjoncteur de branchement.

DDR adapté à l'In AGCP
DDR adapté à l’In AGCP

Et donc un interrupteur différentiel de 63A/30mA, pour une intensité nominale affichée sur le disjoncteur de branchement de 45 ampères, ou 60 ampères.

DDR adapté aux In AGCP
DDR adapté aux In AGCP

▶ Le Choix de l’aval

La norme dans le choix de l’aval indique ceci :

Par rapport à l’aval, l’intensité nominale du dispositif différentiel doit être égale ou supérieure, à la somme des intensités nominales des disjoncteurs divisionnaires protégeant les circuits.
En appliquant cette règle de calcul : Les valeurs des intensités nominales des disjoncteurs divisionnaires protégeant les circuits de chauffage, de production d’eau chaude sanitaire, ainsi que tous les dispositifs de recharge des véhicules électriques, comptent pleinement dans ce calcul.

La somme de toutes les autres intensités nominales protégeant les autres circuits, se compte pour moitié.

Règle de l'Aval
Règle de l’Aval

Ce choix à mon avis, restreint forcément considérablement, le nombre de circuits protégés par un interrupteur différentiel.

Prenons un exemple concret:

Pour protéger ces 4 lignes, le calcul de la somme des intensités nominales prise en compte sera :

Exemple calcul règle de l'Aval
Exemple calcul règle de l’Aval
  • 20   ampères pour le chauffe eau (production eau chaude sanitaire)
  • 10   ampères pour les deux lignes d’éclairage (2 x10 a : 2 = 10 a)
  • 10    ampères pour la ligne dédiée au lave vaisselle (20 a : 2 = 10 a)

Donc déjà un total de 40 Ampères avec simplement ces 4 lignes !

Je peux donc théoriquement les protéger avec un interrupteur différentiel 45 A/ 30 Ma.

Mais si j’ajoute une seule autre ligne, je passe automatiquement à une protection par un interrupteur différentiel de 63A /30Ma.

Le choix de l’aval peut selon les configurations être utile. Cependant, personnellement je privilégie le choix de l’Amont car pas de calcul à faire. Je mets en tête de chaque série de huit disjoncteurs divisionnaires un interrupteur différentiel 63 A / 30mA, et je suis certain de n’avoir aucun problème !

Série de huit disjoncteurs divisionnaires
Série de huit disjoncteurs divisionnaires

Quelle que soit la somme des intensités nominales de ces disjoncteurs divisionnaires, les 63 Ampères seront suffisants. La coupure en cas de surcharge est assurée individuellement sur chaque circuit par les disjoncteurs divisionnaires, et par le disjoncteur de branchement pour la totalité de l’installation. La puissance maximale établie par ENEDIS en monophasé est de 12 kW, soit 60 ampères, 36 kW en triphasé soit 60 ampères par phase.

1 commentaire pour “Norme C15-100 DDR – Comprendre la règle de l’amont ou de l’aval ”

  1. Jackson kouamelan

    Vous illustrez tellement bien que j’ai l’impression d’être dans une salle de pratique ,suis satisfait et aimerais avoir encore plus de cours parce que j’ai pas fait de centre de formation en électricité mais je suis en apprentissage sur des chantiers si possible

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.