Aller au contenu
Bâtir Sa Maison » Bricolage » Peut-on faire ses pellets de bois soi-même ?

Peut-on faire ses pellets de bois soi-même ?

Les pellets de bois sont un combustible renouvelable avec une puissance de chauffage considérable. En règle générale, les petits bâtonnets sont exclusivement composés de sous-produits de scierie et aucun liant supplémentaire n’est utilisé lors de la fabrication.

Nous allons voir dans les prochaines lignes de cet article comment sont fabriqués industriellement ces petits bâtonnets de bois qui sont de véritables bombes énergétiques.

Et dans un second temps, nous verrons s’il est possible de faire ses pellets  soi-même et si cela en vaut réellement la peine.

Peut-on faire ses pellets de bois soi-même
Peut-on faire ses pellets de bois soi-même

La fabrication industrielle des pellets

En règle générale, les pellets de bois sont composés de sous-produits de scierie tels que :

  • la sciure, 
  • les copeaux de bois, 
  • les copeaux de rabotage 
  • ou encore la poussière de ponçage.

Ces résidus sont produits en grande quantité dans l’industrie de transformation du bois en tant que déchets de production.

En fait, la fabrication de pellets est un procédé relativement simple. La forme pellet est d’ailleurs déjà utilisée depuis de nombreuses années dans la production des aliments pour animaux.

Info : pour produire une tonne de pellets de bois, il faut entre 5 et 8m3 de sciure de bois.

✅ Comment les pellets de bois sont-ils fabriqués industriellement ?

La fabrication industrielle des pellets de bois se déroule en 4 grandes étapes.

  1. Nettoyage de la matière première : avant la transformation en pellet, la matière première (sciure, copeaux…) doit être absolument nettoyée de toutes impuretés. Car ces dernières peuvent endommager les machines. Un séparateur de matières lourdes et de métaux élimine efficacement les fragments de pierre ou de métal. De plus, à cette étape, si la matière première est encore sous forme de gros morceaux, elle est d’abord broyée.
  2. Le Séchage : Cette étape à pour objectif de réduire l’humidité résiduelle du bois utilisé pour la fabrication des pellets. Cela à pour objectif de garantir une bonne combustion qui sera aussi pauvre en suie et autres substances nocives. Il s’agit là de l’étape certainement la plus énergivore mais c’est elle qui garantit au final une humidité maximale de pellets comprise entre 12 et 14%
  3. La granulation : C’est ici la naissance des pellets. Les pellets de bois prennent leur forme définitive dans une machine de compactage appelée “presse à pellets”. Dans son tambour où règne une température de 45°C, les copeaux de bois sont alors soumis à une forte pression. C’est par de petites ouvertures présentent sur la paroie du tambour que la matière s’échappe à l’extérieur. Des pellets d’une taille d’environ 3 cm se forment donc.
  4. Refroidissement et chargement :En dernier lieu, les pellets sont refroidis. Cette étape garantit des caractéristiques de qualité importantes telles que la résistance et la stabilité. Les matériaux encore détachés peuvent être tamisés et sont réintroduits dans le processus de production. Après la phase de refroidissement, les pellets de bois sont généralement stockés dans des silos. De là, ils sont ensuite soit chargés dans des camions-silos, soit conditionnés en sacs.

Info : il n’y a pas de colle dans les pellets, la stabilité de leur forme est assurée principalement par la lignine. Cette résine présente naturellement dans le bois agit comme une colle. Il est cependant possible qu’une « colle » supplémentaire doive être ajoutée. Dans ce cas, l’industriel utilise de l’amidon de pomme de terre ou de céréales afin d’assurer une bonne tenus des pellets de bois.

✅ De quoi sont faits les pellets de bois ?

Normalement et contrairement à une opinion largement répandue, aucun arbre n’est (ou ne doit être) abattu pour la production de pellets. Seuls les déchets de bois sont utilisés.

Voici donc les matériaux utilisés pour la fabrication des pellets de bois :

  • 90 % de sous-produits de scierie : sciure, copeaux de bois ou plaquettes. Ceux-ci sont produits en grande quantité dans les scieries et seraient sinon éliminés.
  • 10 % de bois issu de l’industrie : ce sont notamment les grumes qui ne peuvent pas être utilisées dans l’industrie de la transformation du bois. s
  • 0 % de bois usagé ou de résidus forestiers : les déchets et résidus forestiers ne répondent pas en effet aux exigences élevées imposées pour la production des pellets.

✅ Les différentes classes de qualité des pellets bois

C’est la norme mondiale ISO 17225-2 qui définit les propriétés requises pour les granulés de bois. 

On distingue alors 3 classes de qualité différente pour les pellets bois :

  • Classe A1 : fabriqués à partir de bois fraîchement récolté ou de résidus de bois non traités chimiquement, teneur en cendres max. 0,7 %, teneur en azote max. 0,3 %.
  • Classe A2 : fabriqué à partir de bois fraîchement récolté ou de résidus de bois non traités chimiquement, teneur en cendres max. 1,2 %, teneur en azote max. 0,5 %.
  • Classe B : éventuellement fabriqué à partir de bois usagé non traité chimiquement et de résidus de bois industriels, teneur en cendres max. 2,0 %, teneur en azote max. 1,0 %.

Ce sont généralement les pellets de classe A1 qui sont préconisés et utilisés pour le chauffage des maisons individuelles.

classes de pellets de bois
classes de pellets de bois

Comment faire soi-même des pellets de bois ?

Et oui, vous ne rêvez pas, il est tout à fait possible de faire ses pellets de bois soi-même. Bien que cela nécessite un équipement approprié.

Les étapes pour faire ses pellets de bois soi-même : 

  1. Broyer le bois : A cette étape, on fabrique la matière première à partir de sciure ou de copeaux de bois. Il est ici nécessaire d’avoir à sa disposition une déchiqueteuse à bois et d’un broyeur à marteaux. Ces 2 machines peuvent être louées.
  2. Sécher le bois : comme on l’a vu dans la méthode industrielle, il est obligatoire que les pellets soient secs. Ici il faudra pour sécher la matière soit l’étendre au soleil (petite quantité) soit utiliser un séchoir industriel. De plus, il faut contrôler que l’humidité résiduelle soit comprise entre 10 et 20 %.
  3. Préparer et mélanger le bois : cette étape est primordiale afin d’éliminer de manière fiable les éventuelles impuretés. Pour cela, il faut passer le matériau de base au tamis.
  4. Presser les pellets : Pour les grandes quantités, il est préférable d’utiliser une presse à pellets plate qui forme les pellets à l’aide de la pression et de la chaleur. Le bois est généralement chauffé à une température de 75 à 90°C. Pour les petites quantités, il est préférable d’utiliser une presse à granulés avec un rouleau et une matrice, dans laquelle la masse de bois est pressée à travers des trous.
  5. Trier les pellets de mauvaise qualité : Lors du processus de pressage, il arrive souvent que certains morceaux tombent en morceaux. Avec un tamis dont la taille des ouvertures correspond à la taille souhaitée des pellets, tu peux trier les morceaux détachés.
  6. Laisser les pellets durcir : N’emballe pas les pellets avant qu’ils ne soient complètement refroidis et durcis. Dans le cas contraire, ils risquent de s’aplatir.
  7. Conserver correctement les pellets : Pour les conserver dans des sacs hermétiques en papier ou en plastique, il est préférable de les placer dans un endroit sec et frais.

✅ Fabriquer soi-même des pellets de bois, est-ce que cela en vaut la peine ?

Comme on vient de le voir plus haut, la fabrication DIY des pellets de bois nécessite non seulement du matériel lourd et couteau mais aussi de la place et du temps pour réaliser le process complet.

Par ailleurs, l’investissement en temps et argent ne vaut la peine que si vous disposez de quantité suffisante en matière première (sciure de bois).

Au final, si vous êtes un simple particulier, la fabrication artisanale de pellet n’est pas intéressante économiquement parlant.