LE ROBINET ANTI-GEL




LE ROBINET ANTI-GEL EN IMAGES

Dans cet article nous allons parler d'un robinet de puisage extérieur, l'utilité d'un point de prise d'eau à l’extérieur de la maison est bien entenduE très pratique et permet de multiples applications.
 Seul inconvénient le risque de gel en période hivernale !
Heureusement il existe un dispositif qui permet de pallier ce problème, c'est le
Robinet antigel !


Ce robinet est conçu pour les traversées de murs il existe en trois dimensions, 20, 25, et 30 cm



Le principe est simple, à l'inverse d'un robinet ordinaire, le dispositif de fermeture de la conduite d'eau se trouve non pas à proximité du volant de la vanne ;





Mais à l'extrémité du tuyau de traversée du mur !



Ce qui permet à ce robinet, de se vidanger lors de la fermeture, et éviter ainsi le gel !
Pour cela il faudra l'installer de façon à ce que le corps du robinet soit légèrement incliné vers le bas pour permettre l'écoulement du résidu d'eau.
Lorsque l'emplacement a été choisi,


On perce le mur en inclinant légèrement le foret vers le haut pour appliquer l'inclinaison  du robinet.



Une fois le trou percé, on présente la cale fournie avec le robinet, et on trace l'emplacement des chevilles de fixation.




On perce avec un foret approprié.


  Et ensuite,on met en place les chevilles de fixation.



il suffit ensuite d'introduire le corps du robinet et de le fixer en utilisant la cale jointe.









Pour la fixation on utilise des petits tirefonds.







Ceci fait le robinet est installé convenablement , sa position inclinée permettra bien l'évacuation du résidu d'eau restant dans le corps du robinet et il n'y aura aucun risque de gel.



A l'intérieur il suffira de brancher à la canalisation,



Voilà, c'est terminé, ce dispositif est vraiment très efficace pour parer aux problèmes dus au gel.



Un dernier point à signaler,
Ce robinet possède un clapet antiretour, ce qui protège contre un risque de pollution du réseau d'eau potable venant de l'extérieur.




Daniel MARCELLIN




L'INTERRUPTEUR VA ET VIENT SANS FILS









L'INTERRUPTEUR VA ET VIENT SANS FILS EN IMAGES

BIEN ENTENDU, AVANT TOUTE INTERVENTION SUR UN CIRCUIT ELECTRIQUE PENSEZ A COUPER LE COURANT EN DÉSACTIVANT LE DISJONCTEUR  PRINCIPAL DE BRANCHEMENT !!!





Il existe une solution lorsque la création d'un va-et-vient sur une ligne existant en simple allumage  pose des problèmes de réalisations ou de coût .
Le va-et-vient sans fil est alors la solution idéale à moindre coût, que ce se soit une installation d'intérieur encastrée ou d'extérieur apparente.
Il suffit de se procurer un pack va-et-vient sans fil adapté à vos besoins intérieur ou extérieur.
Nous parlerons dans cet article d'une installation extérieure, mais la réalisation d'une installation intérieure, se déroulera exactement  de la même façon.
Le pack d'extérieur est composé d'un interrupteur RÉCEPTEUR étanche.


Et d'un interrupteur ÉMETTEUR étanche.




Dans cet exemple, il s'agit de compléter le dispositif d'éclairage des bornes lumineuses d'une allée.





Ces bornes sont alimentées en 220 volts par cet interrupteur simple allumage.




Le but est de pouvoir éclairer ces bornes par cet interrupteur, lors d'un départ de nuit.




Et de pouvoir les éteindre après avoir refermé le portail qui est manuel.




Il suffit pour cela de remplacer l'interrupteur simple allumage par l'interrupteur récepteur.






L'interrupteur est composé de 4 éléments :
le bouton a bascule




Le couvercle :




Le récepteur et le boitier :




Donc on mets en place le nouveau boitier:




On branche le conducteur de terre si il y en a un sur la borne prévue à cet effet



On branche ensuite sur le récepteur les deux autres conducteurs sans se soucier de la  couleur dans les bornes , et on remet le récepteur en place !







On fixe le couvercle :






On clipse le bouton a bascule et c'est terminé pour la première étape.




La seconde étape c'est tout simple, il s'agit de mettre en place l'interrupteur émetteur à l'endroit désiré.




Cet interrupteur est composé de cinq éléments:
Le bouton basculant



Le couvercle



La pile est une type 23 A 12 volts autonomie 2 ans minimum que l'on trouve facilement dans tous les commerces




Et le boitier avec la carte électronique et son antenne:





Cet interrupteur émetteur, nous le fixerons sur un des piliers à l'abri des regards



Ce qui nous permettras d'éclairer ou d'éteindre les bornes au départ ou à l'arrivée au domicile.




Voilà c'est terminé c'est rapide cela prend une petite demie heure, coût de l'opération environ 50 Euros


Daniel MARCELLIN





PRODUCTION PHOTOVOLTAÏQUE EN AUTO-CONSOMMATION INSTANTANÉE




PRODUCTION PHOTOVOLTAÏQUE EN AUTO-CONSOMMATION INSTANTANÉE
                                                                 EN IMAGES


Il s'agit là d'une production sans stockage et en consommation instantanée .
Contrairement aux autres solutions de production en partenariat avec EDF, elle ne nécessite  aucune autorisation et attestations autres que celles appliquées par les communes pour ce qui concerne l'environnement ,  il faut simplement effectuer une convention d'autoconsommation qu'il faudra transmettre à ENEDIS pour l'informer de votre installation .
Ce mode de production nécessite cependant pour que l'économie réalisée soit optimale, de bien calculer ses besoins de consommations .
Plusieurs facteurs sont à considérer .
Le premier est la situation géographique, voici une carte indiquant la production photovoltaïque annuelle pour une unité de 1 Kwh en crête (luminosité optimale).
On peut y voir que la production varie de 800 à 1400 Kwh par an selon la région.



Le deuxième facteur est l'orientation de votre future unité de production surtout si elle est située sur une toiture .
Sachant que l'orientation optimale des panneaux est plein sud, avec une inclinaison à 37° .
Pour bien orienter l'unité de production, l'idéal est de l'implanter au sol, en repérant les trajectoires du soleil  .
En vérifiant qu'aucune ombre au cours de la journée, ne viendra couvrir l'unité de production, même en partie .



Ensuite il faut bien évaluer les besoins, sachant qu'il est inutile d'avoir une surproduction vu qu'il n'y a pas de stockage.
Il faut donc trouver le moyen de calculer votre consommation annuelle dans une plage horaire qui se trouve entre 10h00 et 17h00 , tout en considérant la capacité de production de votre région  .
En ce  qui me concerne, c'est le sud de la France et je peux donc compter sur un maximum de 1400 kw par an pour une  unité de 1 kw .



Le plus simple est de calculer à partir de votre consommation annuelle .
Le problème est dans le moyen de chauffage .
La maison que je prends pour référence dans cet article possède une pompe à chaleur chauffage au sol .




Je dois donc  calculer mes besoins annuels sans tenir compte du chauffage .
Pour ceux qui n'ont pas un mode chauffage électrique le calcul est le même que celui-ci , en déterminant ses besoins par rapport à la consommation annuelle .
Ma consommation annuelle est d'environ 14000 kw .
Je sais par le biais de mon éco-compteur que la consommation de ma pompe à chaleur correspond à 70 % de ma consommation annuelle .
Comme en atteste ce graphique donné par l'éco-compteur pour une journée de janvier .



On peut y voir les détails des consommations réparties sur 5 postes
Le poste chauffage en vert, où on s’aperçoit que la pompe à  chaleur à consommé 88% de la consommation totale de cette journée d'hiver .
Le poste refroidissement en orange, sur lequel n'ayant pas de climatisation d'été, j'ai branché le four et les plaques de cuisson ! 3,92 % de la consommation totale .
Le poste eau chaude en violet, dont la production est assurée par un chauffe-eau thermodynamique 4,07% de la consommation totale.
Les deux autres postes en bleu, concernent les prises de courant dont la consommation représente 0,90% et 2,54%  .
Il est donc pour moi facile de faire le calcul en enlevant le chauffage .
Cela donne lorsque je regarde sur l'éco-compteur les données sur la période d'une année  une consommation hors chauffage, d'environ 30 %  de la consommation totale .
Ma consommation totale sur l' année étant d'environ 14000 kw, les 30% représente 4200 kw
Ce chiffre je vais le diviser par 8760 qui représente le nombre d'heures dans une année .
4200 : 8760 = 0,479 kwh



Je multiplie maintenant ce résultat par 2555,  chiffre qui représente dans l'année le nombre d'heures correspondant à la plage horaire optimale .
0,479 x 2555 = 1224 kw
C'est ce chiffre qui va me permettre de choisir mon unité de production .



Le problème est dans le fait que les kits de production sont équipés de micro-onduleurs qui gèrent chacun un module de deux panneaux solaires de 300 watt , on est donc obligé d'avoir un nombre de panneaux pair .


Si je pars sur un kit de 1200 wh  composé de 4 panneaux de 300 W soit une puissance de 1,2 kw considérant que dans ma région je peux théoriquement compter sur 1400 kw à l'année chiffre que je multiplie donc par 1,2 cela me donne une production théorique de  1680 kw, et là je suis en surproduction.


Si je choisis une unité de 600 watts composés de 2 panneaux de 300 watts, soit 0,6 kw j'aurait un rendement de 1400 kw x 0,6 kw  = 840 kw, et là considérant que je peux espérer 1224 kw de production annuelle, je perds en capacité d'économie.
Ors le but est d'économiser au maximum.




Etant donné que ces prévisions sont plus ou moins fiables, car tributaire de la météo locale, je choisirai un kit de 1200 watts.

Ce matériel a une espérance de fonctionnement d’après les fabricants de 30 ans minimum.

 Par rapport au prix actuel du kwh vendu par EDF, l’amortissement représente environ 30% des gains sur 30 ans.

Dès que l’unité de production sera installée, je bénéficierai donc immédiatement de 70 % de la production annuelle en électricité totalement gratuite et pendant 30 ans.

Et je peux même espérer encore mieux, sachant que le prix du kw EDF, va considérablement augmenter à l’avenir.


Le montage et l'installation de l'unité de production sont très facile.
Ces panneaux seront fixés  sur  des supports en aluminium  composés d'équerres réglées à l'angle idéal et de profilés pour les relier entre elles, un ensemble rapidement mis en place.







Le branchement est lui aussi très simple, les panneaux de chaque module, sont reliés à un micro-onduleur, et les onduleurs sont reliés à un câble appelé BUS, car c'est lui qui conduit l'électricité jusqu'au tableau de répartition de l'installation.



Sur un côté du BUS, un embout de terminaison du câble permet de brancher si nécessaire d'autres modules pour augmenter la production.




Les micro-onduleurs, sont fixés sur le support en aluminium par des plaquettes de métal munies d'une borne de terre sur laquelle un câble  de terre vert et jaune de 6 mm² sera fixé .


Le câble BUS et le câble de terre , sont ensuite acheminés vers le tableau principal de répartition de l'installation électrique de la maison.
Le câble de terre sera branché sur la borne de terre principale.



Le câble BUS sera branché sur un coffret  compris dans le kit,


Ce coffret pré-câblé, comprend un interrupteur différentiel 25 A / 30 ma , un compteur de production digital,  et des modules de protection.



A la sortie de ce coffret, est branché un câble muni d'une fiche mâle pour brancher tout simplement sur une prise du tableau de répartition protégée par un disjoncteur d'au moins 16 A
Le branchement devra être exécuté en respectant les consignes de sécurité indiquée dans le manuel d'utilisation,.





Dès l'instant où la fiche mâle est branchée sur le tableau, si les panneaux sont exposés à la lumière, l'électricité produite est instantanément consommée, sinon elle part dans le réseau EDF sans contrepartie.
Comment  çà marche ?
Tout simplement l’électricité prend le plus court chemin , c'est donc votre production qui sera consommée en priorité !






Voilà, j'espère que cet article vous sera utile .

Daniel MARCELLIN